Courriel: Mot de passe:
Mot de passe oublié ?
  Qui sommes-nous?
  Membres et amis
  Nos partenaires
  Faire un don
  Bulletin électronique
  Boutique
  Pour nous joindre
bouton exposition bouton cyber photo bouton recherche bouton activite bouton artiste bouton derniere nouvelles bouton espace jeunesse
     
   
  Mot-clé




   
     
     
 
Taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
 
     
     
  Véronique Vézina (1945 - ... )  
  Médium(s) : peinture, sculpture, performance, installation, techniques mixtes, art action
Présentation de l'artiste

Véronique Vézina est née le 25 juillet 1945 à Arvida. Issue d’un milieu qui n’avait aucune tradition artistique ou intellectuelle, elle poursuit un cheminement autodidacte. Inscrite en sciences humaines à l’Université d’Ottawa, elle est marquée par des cours en esthétique donnés par Mikel Dufrenne. Elle commence à peindre en 1969, un ami ayant laissé chez elle quelques tubes de peinture à l’huile. Vézina commence ainsi à travailler à partir de bouts de crayons, de tissus, de crayons feutre, selon ses propres besoins qui n’étaient pas uniquement d’ordre formel : ses moyens picturaux se sont donc constitués à partir de situations concrètes ayant un rapport autant avec son vécu quotidien qu’avec des problèmes d’ordre perceptuel et plastique. Installée à partir de 1973 à Montréal, Vézina fait dès lors de son travail artistique son activité principale. Son apprentissage se fait au contact de groupes d’artistes qu’elle côtoie et à mesure des questions qu’elle se pose. Elle ne se sent pas reliée à un courant artistique en particulier bien qu’elle trouve beaucoup d’affinités avec d’autres femmes artistes. Soutenant que c’est avec sa vie quotidienne que son travail artistique a le rapport le plus intense et le plus clair, Vézina ne peut considérer la peinture comme un médium dont les problématiques se posent objectivement et en dehors d’elle-même. L’artiste se définit ainsi comme une marginale par rapport à ses collègues masculins.

L’année 1973 se veut également un moment marquant pour la carrière de Vézina puisque c’est à ce moment que l’artiste crée un évènement au cours duquel elle enterre une toile d’artiste, évènement dont la symbolique suggère le refus de ce qui, à priori, définit le travail de l’artiste. À partir de ce moment, Vézina commence à travailler sur des supports différents; elle explore ainsi papier, kleenex, petits blocs de bois, planches, madriers et poutre. Pour elle, une planche appuyée au mur, de par sa position verticale et son échelle, devient parallèle au corps humain en station debout. Elle rapproche également ce geste, cette recherche, à des référents culturels comme le totem qui, pour elle, rappelle notre culturel nord-américaine. De plus, le bois recèle pour elle une connotation familiale, son grand-père ayant été menuisier.